J’y vis plus, mais min coeur y est !

50ans de mariage !
1 novembre, 2010, 11:35
Classé dans : CHANSONS,EUM' VIE,FETES ET TRADITION

Mes parents viennent de fêter leur50ans de mariage, et in a passé un magnifique week-end din ch’Nord ! J’a fais découvrir ch’ centre eud’ Lewarde à des amis bourguignons !, ch’étot in magnifique momint cha encore !!!

Allez, STO LAT !!!!

Image de prévisualisation YouTube

Et pour ceux qui veul’t'el canter !

Image de prévisualisation YouTube



Monchtiblog Dechnord
27 octobre, 2010, 18:05
Classé dans : Présentation des Liens

Monchtiblog Dechnord dans Présentation des Liens facebookVoilà, ça y est, on peut se retrouver sur Facebook si vous le désirez, recherchez :

Monchtiblog Dechnord en précisant que vous faites une demande d’amis via le blog et voilà !

A bientôt !

 



PASTADOR, CHOBA, Souv’nirs eud’ chocolat !!!!
26 octobre, 2010, 23:05
Classé dans : EUM' VIE,recettes de ch'Nord

PASTADOR, CHOBA, Souv'nirs eud' chocolat !!!! dans EUM' VIE pastador_Ludo« La légende du Pastador. Tapez le nom de cette pâte à tartiner sur Internet et les résultats pleuvent : « Pour le retour du Pastador » (846 membres sur Facebook), « J’ai enfin retrouvé le Pastador », « Le Pastador est de retour ». Au-delà des rumeurs et des nostalgies, deux entrepreneurs marcquois ont tenté d’en retrouver le goût. Ils produisent désormais leur propre pâte à tartiner : le Tartinor.

« J’ai un copain, Ludovic Dumortier, qui rêvait depuis cinq ans de recréer cette pâte. » Guillaume Lepoutre annonce la couleur : sa démarche a un lien passionnel avec le Pastador. Lui s’en défend. Après avoir tenu pendant dix ans un magasin de jouets dans le Vieux Lille, il voulait surtout « passer à autre chose. » Le quadragénaire (comme de nombreux fans du Pastador) crée une auto entreprise et profite des conseils de son acolyte, qui a passé quinze ans chez Leroux.

OAS_AD(‘Position1′); dans recettes de ch'Nord

Trois semaines pour un test

Première étape, retrouver le goût. La production a cessé en 1990, impossible donc de retrouver aujourd’hui de vieux pots. Les deux compères contactent un spécialiste belge de la pâte à tartiner et lancent une quinzaine de tests, basés sur leurs souvenirs gustatifs. « Il faut attendre trois semaines entre la demande et la réception du produit. En changeant quelques pourcentages, on obtenait des produits complètement différents.

Et on se disait : « C’est reparti pour trois semaines ! » » En mars 2010, la victoire est proche : « On a retrouvé l’odeur. Et le goût est très proche. Mais on va continuer à l’optimiser. »

Quatre mille pots sont produits. Guillaume Lepoutre démarche les épiceries fines, boulangeries, magasins d’alimentation, salons de thé. Et il installe un stand lors de la Braderie de Lille : « Des gens prenaient le stand en photo. Ils disaient : « Il faut que j’achète ça pour mes parents ». Il y a vraiment une demande. Et puis, on sait que le risque n’est pas énorme pour nous. Dans le pire des cas, on les mangera nous-mêmes ! »

Du côté de Craft Suchard, qui possède toujours la marque, on confirme l’intérêt que portent un grand nombre de clients au Pastador : « On le remarque surtout dans le nord de la France et en Belgique. C’est vrai, on a encore régulièrement des appels de clients qui le réclament. »

Revers de la tartine pour les deux entrepreneurs : leur succès pourrait donner des idées à ceux qui gardent jalousement la recette de la fameuse pâte. • J.-F. S. »

www.tartinor.cabanova.fr  (Sources : la Voix du Nord)

 

MES SOUVENIRS DE CH’NORD !

Je m’souvins ben de ch’Pastador que j’mingeos au p’tit déjeuner quand j’étos tchot’ !

Et ch’est eune copine qui m’a rappelé l’nom de l’plaque de chocolat que m’mère elle acatot à ch’boulanger quind y passot’ din not’ rue d’bon matin !

ch’étot l’ Choba!mihchoba3d

Ca s’présintot sous forme de plaque comme eul’ beurre, j’ménervot quind y étot froid parce qu’y étot tout dur comme euch’beurre du coup ! ha ha ha !

Mais quel plaisir j’avot à l’tartiner sur min morceau d’pain (l’boulot coupé bien sûr !) et pis après quand j’trempos m’tartine din ch’café au lait et qu’cha dégoulinote sur min menton ! hahaha ! Pas d’ sopalain in ch’temps là ! m’mère elle sauto su’ sin torchon et hop !

 Que bons souvenirs incore qui r’montent à l’surface !



Braderie de Lille 2010, dernier jour !
5 septembre, 2010, 14:13
Classé dans : recettes de ch'Nord

Et voilà, c’est le dernier jour de la braderie aujourd’hui !

Je ne vous ferai pas un article sur le sujet, vous n’avez qu’à lire eu’l voix du Nord ou simplement taper ces quelques mots dans Google, par contre, voici comment j’ai cuisiné les miennes ce midi !!!

Braderie de Lille 2010, dernier jour ! dans recettes de ch'Nord BRAD03_69-moules

 

Moules pour 2 adultes et 3 enfants :

Ingrédients : 3,5 kg de moules (et y en reste bien sûr !), 2 branches de céleri et quelques feuilles, oignons, persil, vin blanc, sel, poivre.

Le plus gros du travail c’est le grattage de moules ! Vous ne gagnerez aucune somme astronomique mais aurez la chance de voir les sourires ravis de ceux qui se régaleront à les manger en moins de 5 mn !

 Grattez donc vos moules, les meilleures : celles de bouchot, les plus grosses pour les gourmands : les moules de Hollande !

 Faites revenir vos oignons dans un peu de matière grasse ainsi que le céleri coupé en tronçon. Lorsque les oignons sont bien dorés, mettez vos moules dans la marmite, salez, poivrez, versez un peu de vin blanc (je fais à l’oeil) et mettez une bonne cuillère à soupe de crème fraîche ! Je rajoute un bouquet de feuilles de céleri et de persil personnellement.

10 mn plus tard vos moules vous regardes béates de cuissons, c’est qu’il est temps de se mettre à table !

Accompagnés de frites-maison et d’un bon demi , voilà les petits plaisirs de la Vie !

 

N’hésitez pas à commenter et à donner vos recettes !



Fête de m’mère !
31 mai, 2010, 17:47
Classé dans : FETES ET TRADITION

Fête de m'mère ! dans FETES ET TRADITION fete_des_meres_vue_1

POUR M’MERE

Cha va bétôt ête l’fête des mères
eune journée que j’ai pus quère
j’peux pus y acater des fleurs
ni même l’serrer sur min coeur

Bètôt dix ans qu’alle est partie
j’in serais jamais vraimint guéri
même à ch’t’heure que j’sus grand
j’ai core toudis besoin d’ti….m’man

pour ti j’serais toudis tin tchiot
mais à ch’t’heure que t’es la haut
mi i m’minquera toudis tes bras
qui m’berchotent in cantant tout bas

bonne fête m’man

 

Poème de CARTOUCHE



Deuil National Polonais
11 avril, 2010, 6:33
Classé dans : Un peu d'histoire

DEUIL NATIONAL POLONAIS- 10 Avril 2010
Deuil National Polonais dans Un peu d'histoire

« L’avion dans lequel se trouvait le président polonais Lech Kaczynski s’est écrasé à l’atterrissage, samedi à l’aéroport de Smolensk, dans l’ouest de la Russie. Selon un bilan rectifié du ministère russe des situations d’urgence, 96 personnes, dont 88 membres de la délégation polonaise qui se rendaient à Katyn, ont péri dans l’accident. « Il n’y a pas de survivants dans la catastrophe », a indiqué le gouverneur Sergueï Antoufiev. Un deuil national d’une semaine a été décrété en Pologne. « Le monde contemporain n’a pas connu de telle tragédie », a déclaré le premier ministre polonais Donald Tusk.

Le président polonais Lech Kaczynski avec son épouse et des familles d’officiers polonais exécutés il y a soixante-dix ans par la police de Staline se dirigeait à Katyn, près de Smolensk, pour se recueillir sur leurs tombes. Outre le président Kaczynski et son épouse, les principaux chefs de l’armée polonaise, dont le chef d’état-major polonais Franciszek Gagor, le vice-ministre des affaires étrangères Andrzej Kremer, le gouverneur de la banque centrale, Slawomir Skrzypek, le chef du Comité olympique polonais et l’ancien président polonais en exil à Londres Ryszard Kaczorowski ont péri dans l’accident.

En attendant l’organisation d’une élection présidentielle anticipée, qui doit intervenir avant la fin juin, c’est le président de la Diète, chambre basse du parlement polonais, Bronislaw Komorowski, qui assurera les fonctions de chef de l’Etat, conformément à la constitution polonaise. » (Source le Monde.fr )

20100410PHOWWW00098 dans Un peu d'histoire

(Photo le Figaro.fr)
 

Réactions (Sources- Voix du Nord)

« Jésus, Sainte Marie, c’est une tragédie inimaginable, un malheur inimaginable », s’est écrié l’ex-président polonais Lech Walesa en apprenant l’accident de l’avion du président. « Il y a 70 ans à Katyn, les Soviétiques ont éliminé les élites polonaises. Aujourd’hui l’élite polonaise y a péri, alors qu’elle se rendait pour rendre hommage aux Polonais tués » en 1940, a déclaré M. Walesa.

Nicolas Sarkozy a fait part samedi de sa « très grande émotion » et de sa « profonde tristesse » à l’annonce de la mort de son homologue polonais Lech Kaczynski. Tenant à rappeler dans un communiqué « les sentiments exceptionnels d’amitié » qui unissent les deux pays, M. Sarkozy a dit du défunt chef d’Etat, un homme « animé par un patriotisme ardent », qu’il a été un « inlassable défenseur des idées auxquelles » qui « s’est toujours battu avec conviction pour les valeurs qui ont fondé son entrée en politique: la démocratie, la liberté et la lutte contre le totalitarisme ».

Le pape Benoît XVI a déclaré avoir appris « avec une profonde douleur » la mort « tragique » du président polonais Lech Kaczynski. «  C’est avec une profonde douleur que j’ai appris la nouvelle de la mort tragique du président Lech Kaczynski », déclare Benoît XVI dans un télégramme adressé au président du parlement polonais Bronislaw Komorowski.

« Je présente mes plus sincères condoléances aux familles des victimes et à tous les Polonais et je les assure de ma proximité spirituelle. En ces moments difficiles, j’implore auprès de Dieu tout-puissant une bénédiction spéciale pour le peuple polonais », conclut-il.

 Dans un communiqué, le ministre des Affaires étrangères, Bernard Kouchner, a aussi fait part de son « immense tristesse ». C’était « un homme d’Etat (…) aux grandes qualités morales  » et qui avait mis « son engagement politique au service du peuple polonais  ». « Il a toujours veillé à ce que le travail en commun entre la France et la Pologne se développe dans un esprit de dialogue et de confiance  », souligne
Bernard Kouchner.

zwillingekaczynski

Lech Kaczynski et son frère Jaroslaw, « aîné » de 45 mn, et premier ministre de son frère jusqu’en Novembre 2007.

 

Voici également le commentaire très instructif d’une internaute, lu sur une page du Figaro suite à un article d’une journaliste, assez critique  du président polonais.

« On a peut-être du mal, ici en France, à réaliser le choc et le chagrin que provoque le décès de Lech Kaczynski, y compris parmi ses adversaires politiques. Pour nous c’était surtout un petit bonhomme qui criait fort contre tous les gens qui n’étaient pas ou ne croyaient pas comme lui, et préférait l’Amérique à l’Union européenne. Bon, les choses sont loin d’être aussi simples…

Pour comprendre, il faut réaliser que la Pologne est toujours, d’une certaine manière, coupée en deux : passé contre futur, tradition contre modernité. Par « passé » je n’entends même pas l’époque communiste mais celle, plus ancienne encore, de l’économie agricole (qui pour quelques temps encore persiste à constituer une bonne partie du pays), la Pologne paysanne. Et la « modernité », c’est surtout celle de la mondialisation, de la finance, de l’ouverture économique forcée, symbolisée par l’omniprésence bien visible des enseignes de distribution françaises et allemandes.

La grande force des frères Kaczynski (car on ne peut pas parler de l’un sans mentionner l’autre) et de leur parti, c’est d’avoir pris la défense des gens ordinaires, des laissés pour compte de cette « modernité » qui ne profite qu’à certains.

Pour le Polonais de base qui vit mal et doit jongler entre deux emplois pour nourrir sa famille, beaucoup de choses sont choquantes : la vulgarité de la télévision commerciale, qui avec ses télé-réalités et autres suit les traces des modèles hautement rentables que nous avons appris à connaître, et fait peu de cas des vieilles valeurs ; la floraison de ces banques, supermarchés et autres, à enseignes étrangères (et le rachat par des groupes étrangers des anciens fleurons de l’industrie polonaise) qui suggère qu’une bonne part de la richesse produite dans le pays est siphonnée en direction d’un actionnariat qui se trouve ailleurs ; les subsides de l’Union européennes qui ne viennent pas sans contreparties, et sans l’obligation de suivre des consignes qui donnent un sentiment de perte de souveraineté…

Les Kaczynski ont su sentir le malaise provoqué par la brutale arrivée de ces éléments inhabituels. Ils ont su jouer de valeurs qui ont fait leur force : le courage dont ils ont fait preuve dans leur lutte pour la démocratie à l’époque communiste, l’honnêteté et la volonté de réduire une corruption qui est rarement absente de la vie politique polonaise.

Le problème est que ces valeurs, ils les ont placées dans le cadre d’une idéologie de repli identitaire (qui, malgré tout, ne peut laisser totalement indifférents des Polonais qui, rappelons-le, ont été pendant des siècles privés d’une identité propre). A la financiarisation corruptrice et aux aspects impitoyables de la mondialisation, ils ont choisi d’opposer, non pas une politique économique forte, mais une ligne religieuse assez dure et très moralisante, et une épuration anti-communiste à retardement qui a tourné à la chasse aux sorcières avant d’être mise de côté en raison de ses excès. Pour éviter ce qu’ils considéraient comme une mise sous tutelle par l’Union européenne, ils se sont rapprochés de l’Amérique bushiste au pire moment (et le pays continue à en payer le prix, ses soldats étant toujours présents en Irak).

Cet effet de balancier est une constante qui revient régulièrement. On l’avait déjà vu à la sortie du communisme, quand l’opposition au bazardage généralisé du patrimoine économique du pays avait été le fait de mouvements hyper-patriotiques et traditionnalistes. Au milieu de cette lutte entre conservateurs populistes catholiques et modernistes mondialisateurs, il n’y a guère de place pour une gauche qui porte toujours le stigmate de l’époque communiste… sauf quand elle s’approprie les idées de ses adversaires de droite.

Alors, parler de Lech Kaczynski, comme je l’ai lu dans un commentaire, comme « plus proche du FN que de l’UMP », c’est un peu un contre-sens, ne serait-ce que du fait de plaquer des catégories politiques françaises sur une situation où elles ne sont pas opérantes. S’il a défendu des positions parfois déplaisantes, et toléré des alliés bien plus radicaux que lui sur ces mêmes points, il a aussi essayé de pratiquer une manière de gouverner qui se voulait plus proche du peuple et de ses besoins, et en rupture avec des pratiques de népotisme, d’élitisme et de corruption qui provoquaient l’écoeurement. Je pense que ce qui lui a manqué, c’est une largeur de vues, et la souplesse intellectuelle nécessaire pour faire le tri parmi les valeurs de la modernité, conserver ce qu’elle a d’enrichissant, et faire évoluer son pays.

Et bien entendu, ayons une pensée pour la centaine de personnes qui ont trouvé la mort avec lui dans cet accident aussi horrible qu’absurde. »

 
 



la Cité du Maroc à MERICOURT
26 février, 2010, 21:31
Classé dans : EUM' VIE,PHOTOS,Présentation des Liens

Ch’est l’patelin de m’babcia, ben ouais, elle vit ‘core à l’rue d’Vimy.

Je m’souviens du chevalet qui trônait et m’impressionnait quand on virait à gauche pour aller chez elle. Je me souviens, quand plus tard, de cet énorme vide quand il a été détruit. je me souviens quand bien plus tard encore, j’ai regretté ne pas pouvoir le montrer à mes enfants pour leur expliquer notre histoire, notre patrimoine, nos origines….

Un très beau site où vous retrouverez Méricourt sous Lens  , cliquez sur la photo !

 

la Cité du Maroc à MERICOURT dans EUM' VIE Copie+de+nouveau-1wwx

 



Rien à déclarer ! Dany BOON le retour !
21 février, 2010, 11:12
Classé dans : FILMOGRAPHIE,VIDEOS

On l’attendait et voilà c’est partiii !Le tournage a démarré avec Benoît Poelvoorde, Karin Viard…

Rien à déclarer ! Dany BOON le retour ! dans FILMOGRAPHIE 19250992

C’est à Macquenoise qui à une époque lointaine appartenait au Seigneur de CHIMAY (je m’souviens de ch’te bière que j’ai bu quand j’ai eu min permis, une bleue pour le code et une rouge pour eul’permis !) que le tournage a démarré.

Le film évoque l’ouverture des frontières, en 1993. Francophobe de père en fils et douanier belge, Ruben Vandevoorde (Benoît Poelvoorde) se voit contraint et forcé d’inaugurer la première brigade volante mixte franco-belge. Son partenaire n’est autre que Mathias Ducatel (Dany Boon), voisin de douane et ennemi de toujours. Cela n’est pas sans rappeler l’ouverture des frontières entre 1992 et 1993.

800px-Macquenoise_V1aJPG dans VIDEOS Macquenoise place de l’Eglise(sources : Wikipédia)

Le décor de la douane est entièrement construit, grâce au tournage de Bienvenue chez les Ch’tis Dany peut se le permettre.

Ainsi le chef décorateur s’est inspiré d’une carte postale représentant les douanes de MENTON.(sources l’Ardennais)
487595-0

 

Il a bien changé le poste-frontière depuis qu’Alain Veissier y a posé ses valises ! Dany Boon a, une nouvelle fois, fait confiance au chef décorateur de « Bienvenue chez les Ch’tis » et lui a confié une mission bien précise : faire de Macquenoise l’endroit idéal pour tourner « Rien à déclarer ».
Et ce n’était pas joué d’avance car selon le décorateur, Dany Boon n’aimait pas du tout l’endroit. « Il le trouvait trop vide » se souvient Alain Veissier qui a donc remédié au problème. « Le film va se tourner dans une rue qui fait 150 mètres, entre le chalet des douanes françaises et les douanes belges. Il y avait environ 100 mètres de façades, on en a construit autant, histoire de remplir l’espace ». Et ce qui restait a été relooké pour donner au site une ambiance de carte postale des années 70, très colorée, à l’image du café tenu par Marianne Tonglet. « La façade a été entièrement refaite et dans les prochains jours, ils vont commencer l’intérieur. Il va y avoir une cloison entre le bar et la salle qui sera transformée en magasin de chocolat ».
Du changement, il y en a aussi sur la façade du « Café de la douane » qui deviendra « Le Cocardie », un nom qui ne plaît pas forcément à la propriétaire des lieux, Bénédicte Fortemps. « C’est pas terrible, je trouve que ça sonne trop français. Eux disent que non alors je les laisse dire… ».
Hier, c’est sous un épais manteau de neige que Dany Boon est venu voir l’avancement des travaux. Comme un fait exprès, quelques scènes du film seront tournées sous la neige. Un gain de temps ? Pas vraiment car pour des raisons techniques, s’il reste de la neige dans quinze jours, le site devra être déneigé puis « réenneigé » de manière artificielle. « C’est pour être raccord, on ne peut pas laisser de place au hasard ». D’ailleurs, hier après-midi, Dany Boon avait rendez-vous avec une entreprise qui fabrique… de la neige biodégradable. (l’Ardennais)

 

 

Voici des liens qui vous en diront plus encore sur ce futur film, c’est dire si Dany est regardé à la loupe ! Quelle pression !

Un bel article sur les figurants qui participeront au tournage sur eul’ Voix du Nord

Un autre sur la famille RENAUX et leur tranche d’histoire de douaniers à HIRSON-FORÊT, Macquenoise

 VIDEO ! Vous retrouverez la conférence de presse que Dany a donné sur Allociné.fr.

Et un dernier sur BUZZ24.be,

COUCOU à nos amis belges par la même occasion !
731366

 

 

 

 



Poème « ARTOIS »
15 février, 2010, 15:13
Classé dans : CHANSONS,EUM' VIE,Présentation des Liens

Voilà qu’un poète est passé sur mon blog, je ne peux vous priver de ses belles paroles teintées de mélancolie, alors je les publie ! Merci à Philippe Deleval de faire honneur à notre beau pays d’Artois à travers ces doux vers.

(Photo tirée du site http://bouvignyboyeffles.free.fr/Bouvigny4.php)
Poème

ARTOIS

Mon beau pays d’Artois aux monotones plaines
Hérissées ça et là de collines lointaines
Et dressant tes beffrois dans un ciel de grisaille
Ma terre de silence, ma terre de semailles

Tes canaux indolents trouant tes champs de blé
Tes flâneuses péniches allant leur pas tranquille
Les passants hésitants dans le tourment des villes
Sur les champs de bataille tes morts désespérés

Mon beau pays d’Artois allant te suicider
Aux falaises de nacre des plages désertées
Tes ports mélancoliques aux parfums de voyage
Les portes de la mer pour dernier paysage

Je voudrais me creuser une fosse profonde
Me fondre dans tes blés aux chevelures blondes
Sentir battre ton cœur au sein de mes poumons
Boire tes chants d’amour, m’enivrer de ton nom…

Philippe Deleval.



LA COOP
12 février, 2010, 16:00
Classé dans : EUM' VIE,Un peu d'histoire

LA COOP dans EUM' VIE coop13

Je m’souviens quind j’étos tchot’, m’mère elle m’invoyot à l’coop querre du sucre, de l’farine ou de l’limonade, ches bouteilles elles étotent consignées, et j’y allot toute fière avec min vélo à gros pneus, ch’ti qu’mes frères pis que m’soeur avotent eu avint mi ! D’ailleurs des pneus chi gros qui n’rentraient nin din les grilles du qu’un pouvot mett’ sin vélo !

Ch’étot tout t’chot l’coop, mais pour mi, à m’nâche, ch’étot immense ! Y avot 2 rayons ! Vos rindez compte ! Et pis eun’odeur d’épicerie quoi ! ha y avot pas d’tapis rolant à l’caisse hein ! pis l’vendeuse, ben ch’étot eun’ voisine de l’cité !

Pis alors à l’Coop, y avot ches timb’ ! j’avos querre d’les coller din ch’catalogue, des tchots timbres eud’ toutes les couleurs !

Pis j’rendos ches boutelles à l’consigne auchi ! L’limonade blanche qu’min père y avot querre pis mi auchi hein !

halala, que d’souvenirs !
 

coocata1 dans Un peu d'histoire

 

Vous retrouverez d’autres photos et l’historique de la COOP

 

sur le site http://www.deja-hier.com/HistoireDesMarques/coop.asp

 

 


12345...21

La Cuisine au Mexique |
cuisine raffinée pour soiré... |
TRA AMICI |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Les Recettes "sans" de P'ti...
| sion
| lesrecettesdemaxtokenda