J’y vis plus, mais min coeur y est !

Poème « ARTOIS »
15 février, 2010, 15:13
Classé dans : CHANSONS,EUM' VIE,Présentation des Liens

Voilà qu’un poète est passé sur mon blog, je ne peux vous priver de ses belles paroles teintées de mélancolie, alors je les publie ! Merci à Philippe Deleval de faire honneur à notre beau pays d’Artois à travers ces doux vers.

(Photo tirée du site http://bouvignyboyeffles.free.fr/Bouvigny4.php)
Poème

ARTOIS

Mon beau pays d’Artois aux monotones plaines
Hérissées ça et là de collines lointaines
Et dressant tes beffrois dans un ciel de grisaille
Ma terre de silence, ma terre de semailles

Tes canaux indolents trouant tes champs de blé
Tes flâneuses péniches allant leur pas tranquille
Les passants hésitants dans le tourment des villes
Sur les champs de bataille tes morts désespérés

Mon beau pays d’Artois allant te suicider
Aux falaises de nacre des plages désertées
Tes ports mélancoliques aux parfums de voyage
Les portes de la mer pour dernier paysage

Je voudrais me creuser une fosse profonde
Me fondre dans tes blés aux chevelures blondes
Sentir battre ton cœur au sein de mes poumons
Boire tes chants d’amour, m’enivrer de ton nom…

Philippe Deleval.


6 commentaires
Laisser un commentaire

  1. niko

    beau poeme , je suis chti et j habite a nancy , mon nord me manque , terre d acceuil et de joie , vive le NORD PAS DE CALAIS

  2. unechti

    Alors je vous invite à venir vous ressourcer ici de temps en temps ! ;)

  3. cartouche

    FIER D’ETRE UN CH’TIMi
    Mi j’ai gramint voyagé
    d’ gauche à droite d’ tous cotés
    Et même à jusqu’à l’étringer
    Mais in a biau tournicoter

    Y a eune chosse qu’in oublie jamais
    Ch’est l’indrot dù qu’in est né
    Ch’est l’pus biau d’ tous les pays
    Et mi j’sus fier d’être un ch’timi

    Intre chés corons et chés terrils
    Ch’est dins ch’coin là qu’j’ai grandi
    In avot pas gramint d’sou à m’mason
    Mais cha qu’in avot in l’avot gagné
    In avot p’t’ête pas des millions
    Mais au moins in avot not’fierté

    A don in avot tertous du boulot
    El chomache personne n’in voulot
    In armontot ses manches ed quemiches
    In laissot pas l’gardin in friche
    Et si in connaissot un malheureux
    In ne l’laissot pas tout seu
    Y avot toudis un reste d’ragout pour li
    Eune tasse d’café ou un bon demi
    Eune plache au coin de ch’feu
    Quand y n’avot pour un n’avot pour deux
    A ch’t’heure si ichi tout a cangé
    Y a eune chosse que j’sais
    Ch’est qu’un ch’ti mi
    i cange pas si ch’est un vrai
    Dins sin cœur au fond d’li
    y a eune flamme qui s’éteint jamais

    BIERLAIR René dit Cartouche

  4. unechti

    Merci de votre contribution René ! Magnifique, je n’ai eun’ larme à m’n'oeul !

  5. MAHIEU

    malheureusement pour moi, en 1940, maman fuyait vers le midi,elle s’est arrétée aux Sables d’Olonne car elle ne savait pas nager.Je suis donc né la bas, le 17 juin: c’est le jour où de Gaule à repris espoir!Le lendemain, il lançait son appel, piètre consolation pour moi car à en croire mes papiers, rien ne prouve que je suis ch’ti!

  6. unechti

    Oui, mais ce sont grâce à des personnes comme vous et votre maman que l’histoire s’est écrite aussi ! Ce n’est pas rien !!!!



Laisser un commentaire

La Cuisine au Mexique |
cuisine raffinée pour soiré... |
TRA AMICI |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Les Recettes "sans" de P'ti...
| sion
| lesrecettesdemaxtokenda